Les Dominicains de Bordeaux Laudare, Benedicere, Praedicare

La Trinité : le Mystère des mystères
Solennité de la Sainte Trinité, dimanche 19 juin 2011, Jn 3, 16-18
 
 
Toute personne est un mystère que nul n’arrive à saisir pleinement. Nous entendons souvent : « Celui-là est vraiment mystérieux », cette déclaration est d’autant plus vraie quand il s’agit de Dieu. Dieu dépasse infiniment les limites de nos connaissances. Dieu est infini et l’infini ne peut jamais être compris par le fini. Jamais nous ne comprendrons complètement le Mystère de la Sainte Trinité. Comment essayer de comprendre donc le Mystère de la Sainte Trinité pour ne pas lui imposer nos limites. Cependant le mystère de la trinité des personnes et l’unité de leur nature, est au cœur de notre vie.
 
Cette solennité de la Très Sainte Trinité nous donne à contempler la vie plus intime de Dieu. Elle nous porte à méditer davantage que Dieu se révèle au principe de notre vie comme un Dieu unique et en trois Personnes : Père, Fils et Esprit. Depuis notre baptême nous sommes imprégnés par le mystère de Dieu. Chaque jour, nous traçons sur notre corps le signe de la croix. Par un simple signe de la croix faite de manière consciente, nous témoignons que la Trinité nous habite. Ce signe sacré nous rappelle plus qu’un sceau indélébile que nous avons reçu. Il nous révèle que nous sommes à l’image de Dieu : Le Père, le Fils et le Saint Esprit. Le Père nous a créés et il est à l’origine de tout. Le Fils est la Parole proférée de Dieu dès l’origine et qui se fait l’un de nous. L’Esprit est la communion d’amour entre le Père et le Fils.
 
La révélation du mystère de Dieu est fondamentale dans notre vie chrétienne. Il est en même temps, pour nous, difficile de l’expliquer. Dieu se révèle comme un Dieu un et Trine. Le monothéisme chrétien est singulier puisqu’il est Trinitaire.
 
Nous ne sommes pas seulement les croyants d’une religion qui confesse un Dieu unique. Nous confessons comme les juifs et les musulmans, un Dieu unique et Créateur. L’un des points commun entre ces deux religions, le judaïsme et l’islam, et la nôtre est de s’adresser à un Dieu historique, un Dieu qui s’est révélé dans la vie des hommes. Comme les croyants de ces deux religions, nous reconnaissons Abraham comme notre père dans la foi. Cependant, contrairement à eux, notre filiation dans la foi trouve sa raison d’être dans la figure messianique ou dans l’histoire du salut. Voilà l’une des raisons qui doit nous porter à affirmer que notre Dieu n’est pas le même Dieu que celui de l’Islam.
 
Ce Dieu unique que nous confessons se manifeste dans toute la Bible comme un Dieu de tendresse et de miséricorde, plein d’amour et de fidélité. Il nous appelle à vivre dans la fidélité et dans l’amour avec lui : « Ecoute, Israël : le Seigneur ton Dieu est le seul Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton pouvoir. Que ces paroles que je te dicte aujourd'hui restent dans ton cœur ! » (Dt 6, 4-6).
 

 

La révélation de l’unité de Dieu dans la relation de Dieu et de l’homme n’est autre qu’une préparation à la découverte du Mystère des mystères que nous célébrons aujourd’hui. Frères et sœurs, dès la fondation du monde, Dieu se révèle totalement comme une communion d’amour. Dans son amour infini pour l’homme, Il se manifeste toujours comme un Dieu Père, Fils et Esprit.
 
Cependant le péché nous a empêchés de voir que Dieu est purement amour. Pour nous porter à comprendre cette révélation, Dieu le Père envoie son Fils unique sur la terre afin de nous rassembler dans la communion de sa vie intime et de nous donner le salut et son Esprit pour nous sanctifier. Toute notre vie chrétienne doit être une montée vers cet amour infini pour vivre d’un cœur à cœur avec Dieu. Nous sommes en effet appelés depuis notre baptême à entrer dans l’intimité de sa vie trinitaire. Car notre naissance dans la foi ne nous incorpore pas seulement au Christ, mais aussi nous fait devenir des frères d’un même Père et dans la communion de l’Esprit.
 
Au début de toutes nos célébrations eucharistiques, après l’invocation trinitaire nous disons toujours ce passage de l’Écriture que nous venons d’entendre dans la deuxième lecture : « La grâce de notre Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit soit toujours avec vous ». Cette invocation est pour nous préparer à entrer dans cet amour miséricordieux. Cependant pour accueillir cette grâce, il nous faut la foi en celui que Dieu a envoyé dans le monde afin que, par lui, le monde soit sauvé. Notre foi en Dieu est l’objet de notre salut. Notre foi ou notre incroyance est donc le verdict de notre jugement.
 
Cette venue du Fils unique de Dieu dans notre humanité ne nous dévoile pas seulement comment Dieu a tant aimé le monde, mais aussi nous révèle que l’Esprit est la communion d’amour entre du Père et Fils. Cette union est don d’amour total et principe de vie. L’élévation du Fils de Dieu sur la croix nous montre comment cet amour est source de vie pour tous les hommes qui croient en Jésus-Christ. Cet amour témoigne non seulement la mort et la glorification de Jésus, mais aussi toute sa vie et sa mission.
 

Frères et sœurs, être dans cette communion d’amour avec Dieu, c’est chercher à être parfaits comme le Père tout en demeurant dans la paix du Christ et dans la joie de l’Esprit Saint. Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen

fr. Ignace Berthot, op


Connexion | Plan du site | ©2013 Dominicains de Bordeaux