Les Dominicains de Bordeaux Laudare, Benedicere, Praedicare

S. Brigitte de Suède, patronne de l’Europe                                        Mc 3, 31-35
 
Jésus disait: Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, ma mère.
 
 
Bx Jean-Paul II, en pensant que l’Europe a bien besoin d’une protection toute spéciale en ce moment de son histoire, a jugé bon d’ajouter au patronage de S. Benoît, S. Cyrille et S. Méthode trois femmes, trois mystiques, trois grandes saintes : Ste Catherine de Sienne, vierge et docteur de l’Eglise, Ste Thérèse Bénédicte de la Croix, Edith Stein, vierge et martyr, et notre sainte de ce jour – Ste Brigitte de Suède. Mère de famille qui a éduqué huit enfants, veuve, grande pérégrine, infatigable pacificateur, visionnaire, mystique, elle a uni dans son parcours les différents états de vie, elle a traversé l’Europe à maintes reprises, elle s’est dévouée à chaque instant de sa vie ramener son existence à l’essentiel – à Dieu qui nous a créés pour la vie éternelle, qui est venu habiter parmi nous, qui est mort pour nous, qui nous appelle à entrer en communion la plus intime avec lui.
C’est dans cette union à Dieu que tout le reste trouve sa juste place. Notre vie sociale, notre vie familiale familiale n’est plus un horizon ultime de notre existence, elle s’ouvre à l’infini, elle ne se limite plus à la cohabitation sur cette terre. La vie d’une famille chrétienne, avec tout ce qu’elle a de douloureux et de difficile, est déjà l’avènement du Royaume. Il y a là certes sa part de la Passion, il y a là aussi son éclat de la Résurrection.
Puis, notre vraie famille se fonde non pas dans les liens de sang mais dans la volonté de Dieu. Jésus fait de nous ses frères si nous vivons de l’amour de son Père, si nous vivons de l’Esprit Saint. Nous sommes faits pour l’infini de Dieu, rien d’autre ne pourra nous satisfaire. Notre grandeur vient de notre mystérieuse parenté avec Dieu : Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, ma mère.
La même chose peut être dite de notre Cité, de nos amitiés, de notre culture – la grandeur de la civilisation européenne, avec tout ce qu’elle peut avoir de douloureux, d’horrible, de sombre dans son passé et dans son présent – cette gardeur s’enracine dans l’amour de Dieu. Là, l’homme trouve sa vraie stature, à la mesure de Dieu qui l’a aimé, créé, racheté ; là, notre histoire peut devenir une histoire sainte si elle s’enracine dans la volonté de Dieu, dans la fraternité avec le Christ, dans la liberté de l’Esprit Saint.

Que l’intercession de Ste Brigitte de Suède nous fasse vivre de cette volonté divine qui fera de nous la famille de Dieu.

fr. Pavel Syssoev, op


Connexion | Plan du site | ©2013 Dominicains de Bordeaux