Les Dominicains de Bordeaux Laudare, Benedicere, Praedicare

 

Saint Dominique
Fondateur d’Ordre
 
 
Pour mettre en lumière l’importance d’un ami, d’un événement, d’une rencontre dans une vie rien de mieux d’essayer de comprendre que fut leur rôle dans notre histoire. Quelle place donc saint Dominique aura tenu dans l’Histoire, avec un grand H, celle du salut ?
 
La fin de l’Histoire, le « jusqu’à ce que tout se réalise » de l’Evangile, le progrès vers lequel nous allons, c’est de TOUT rassembler sous un seul Chef : le Christ.  Saint Paul emploie à dessein l’image de membres qui doivent devenir un seul corps. Ainsi l’histoire du salut, est l’histoire d’une unification de tout le genre humain, de toute la création en une seule communauté sous une seule tête : le Christ.  Benoit XVI ose comparer cette histoire surnaturelle à l’histoire de l’évolution, où les protons et les neutrons se sont unis un jour pour donner un atome ; les atomes s’unissent pour donner des molécules ; les molécules se sont unies pour donner des cellules, les cellules des êtres vivants, et les êtres vivants s’unissent par leurs corps, certains par leur esprit. Ainsi les êtres humains s’unissent en des foyers, puis en des communautés, en des nations… Unité qui sera totale quand elles feront un seul corps. C’est l’image de notre église aujourd’hui, la nef d’abord avec vous, les fidèles assis les uns à côtés des autres venant d’un peu partout. Notre chœur ensuite avec une communauté de frères vivant ici ensemble. Puis enfin un autel sur lequel  l’unique Corps du Christ va venir. A ce corps, nous communierons tout à l’heure pour ne faire qu’un. La vie religieuse donc, notre communauté est une réalité intermédiaire, une marche, vers cette unité totale du ciel…  Bref, la vie religieuse est l’anticipation de cette unité.
 
Dans l’histoire du salut, par conséquent, Saint Dominique est l’artisan de cette unité…Bien sûr, il est un prédicateur éminent de la vérité, un pauvre suivant l’idéal évangélique, un « doux crieur de Dieu », un miséricordieux à la tendre exigence, un intercesseur infatigable pour les pécheurs ; un passionné de vérité c’est sûr, un homme libre c’est certain ; tout cela est vrai mais au final, au terme, toutes ces qualités l’ont conduit à devenir  un fondateur d’ordre ! Fondateur d’Ordre : le mot est curieux… Bien sûr aujourd’hui l’ordre suggère un régime totalitaire. Mais la communauté qu’a voulue Dominique est une communauté d’hommes librement singuliers, communauté donc qui n’est pas uniformité. L’Ordre est en fait l’autre mot de l’unité, réalisation effective de la charité qui est l’âme de l’Eglise ; l’ordre est le visage de l’amour  Cet ordre, un ordre dans la tranquillité est l’autre nom de la paix  …  Autrement dit, si Dominique est une étoile, comme son front l’indique, il a suscité d’autres petites étoiles, pour en faire une constellation : un ordre. Mieux encore, un organisme vivant. Socrate, dit-on, accouchait la vérité en ceux avec il dialoguait ; Platon et Aristote, ses disciples, ont fondé des écoles. Saint Dominique lui, a créé des communautés de personnes, avec leurs émotions, leurs chairs, leurs sentiments, pour vivre dans une même musique et une même odeur. Artisan d’unité donc, Accoucheur du Corps Mystique du Christ, voilà son rôle ! Vouloir donner le Christ aux âmes, « ut unum sit ! », pour qu’ils soient uns en LUI.
 
Cela dit, si l’on veut le démarquer de saint François ou de saint Benoît ou d’autres saints réformateurs de la vie religieuse, saint Dominique gardera sur ce corps Mystique du Christ une place de choix. Si, en effet, dans ce corps qu’est l’Eglise sainte Thérèse voulait être le cœur, saint Dominique, lui, aura été les lèvres. Pas étonnant d’ailleurs que sainte Catherine de Sienne décrivant sur le corps du Crucifié les trois degrés de la vie spirituelle des pieds du Christ à son cœur, voit dans la bouche qui prêche le degré le plus parfait de la vie spirituelle. Si par la parole en effet Dieu créa le ciel et la terre ! par la parole aussi, la grâce advient. Mais non plus la parole divine seule, par la Parole qui se fait homme.
Or, la parole de saint Dominique a trois caractéristiques qui lui sont propres : « Laudare, Benedicere, Preadicare ».
 
1/Parole de Louange, qui chante, qui célèbre, qui magnifie, qui exulte qui anticipe, qui sublime, qui élève. Parole liturgique par conséquent, parole de la messe, parole de l’office, parole des psaumes ; en résumé parole de l’Eglise. Parole unique, langage unique qui signifie et qui dispose et qui exprime l’unité dont nous vivrons au ciel. Parole liturgique qui est parole de culte, d’offrande, sacrifice de louange, car notre unité ne nous y trompons pas comme notre croissance vient de notre attirance à Celui qui s’est offert au Père. Laudare !
2/ Praedicare ensuite. Parole de Vérité qui enseigne, qui éclaire, qui explique, qui affermit, qui défend, qui témoigne, qui donne l’intelligence. Car pour conduire un corps, il faut une tête et une tête bien faite. Parole de vérité, qui discerne l’illusion, qui saisit l’essentiel car pour faire vivre un corps, il faut savoir ce qui le nourrit vraiment et ce qui l’empoisonne ! Parole de vérité, enfin, qui « distingue pour unir ». Notre société depuis plusieurs siècles maintenant a pour unir évacué la Vérité. Mais cette unité consensuelle est une unité de vernis, superficielle, Unité d’apparence. Or Dieu ne regarde pas aux apparences, il voit le cœur. La Vérité seule peut nous unir en profondeur. Preadicare, Laudare, et enfin bénedicere.
3/Parole de Miséricorde, qui bénit, qui réconforte, qui console, qui crie, qui crie la misère des membres morts de notre Eglise. Parole de Miséricorde qui exhorte, qui reprend, qui pardonne, qui édifie, qui redresse, qui réchauffe, qui rafraichit aussi…La vérité, quand elle vient du Christ non seulement laisse libre, mais plus encore libère : de la peur, des esclavages, des inquiétudes inutiles. La vérité quand elle vient du Christ est une vérité qui prend pitié ! La voix qui chante à l’envers ou bien celle qui part en retard, la vérité dominicaine en fait un beau canon. Autrement dit, si la vérité n’aime pas, sa source n’est plus en Dieu, l’Esprit Saint ne l’anime plus ; elle est devenue mensonge. On a dit, par exemple, de ses jeunes frères qu’ils faisaient comme exprès de faire des bêtises pour être repris par lui, tant, qu’en Dominique, la vérité s’était faite délicate. Bref, la vérité de Dominique aima, à l’épuisement.
 

Benedicere Praedicare, Laudare : saint Dominique a parlé, saint Dominique a prié, saint Dominique a étudié, saint Dominique a marché, saint Dominique a pleuré, saint Dominique a écouté, saint Dominique s’est fatigué ; il a mendié aussi. Pour unir ! Pour nous unir. Au Christ ! 

fr. Paul-Marie Cathelinais, op


Connexion | Plan du site | ©2013 Dominicains de Bordeaux