Les Dominicains de Bordeaux Laudare, Benedicere, Praedicare

Chemin  de sainteté, chemin de bonheur...
 
Heureux les pauvres de cœur…
Le chemin de sainteté et le chemin de bonheur, c'est le seul et le même chemin. Heureux, heureux êtes-vous si votre destin est celui même du Christ, dans le rejet et dans la gloire. Un seul et même chemin, celui de notre sainteté et celui de notre bonheur.
On ne quitte pas l'un sans quitter l'autre. Un bonheur choisi contre la sainteté, un bonheur sans souffle, sans grandeur, sans amour, sans liberté n'est pas un vrai bonheur. Mais alors une sainteté étroite, morbide, étriquée, frileuse n'est pas une vraie sainteté. Nous ne quittons pas l'un pour entrer dans l'autre, mais les deux vont de pair, bonheur et sainteté.
Pourtant, comme ce bonheur du Christ ressemble peu à un bien-être ! Heureux les riches, heureux les contents, heureux les gens sans problème et sans inquiétude ? - Rien de tel. Ceux qui sont persécutés pour la justice, ceux qui œuvrent pour la paix, sont ils tranquilles eux-mêmes, c'est une autre question. Ces larmes et cette soif, vont-ils disparaître pour laisser place à un bonheur de la sainteté acquise ? Pas ici-bas. Heureux les miséricordieux, ils obtiendront miséricorde. Comme celui qui reçoit la miséricorde, ne cesse pas d'être miséricordieux, de même celui qui commence à entrer dans le Royaume des cieux voit de plus en plus jusqu'à quel point il est pauvre en esprit. Celui qui goûte à la consolation de Dieu devient de plus en plus compatissant ; il pleure de la douleur des autres comme de la sienne propre. Celui qui fait de la justice de Dieu son pain quotidien en aura toujours de plus en plus faim, et ce jusqu'à la venue du Juste Juge. Ici-bas, notre sainteté tout en nous faisant grandir dans la joie selon Dieu ne nous met pas à part des tribulations de ce monde. Voire même, un compatissant, un doux, un humble – un saint, pour faire bref – souffre plus qu'un repus, qu'un orgueilleux ou un violent. Le bonheur de la sainteté et les tribulations vont de pair ici-bas. Ne nous trompons donc pas de notre bonheur !

fr. Pavel Syssoev, op


Connexion | Plan du site | ©2013 Dominicains de Bordeaux