Les Dominicains de Bordeaux Laudare, Benedicere, Praedicare

Une mer de cristal mêlée de feu…

 

Ap 15, 1-4

 

Une mer de cristal mêlée de feu, et debout, au-dessus d'elle, se tiennent ceux qui ont vaincu la Bête. Une mer de cristal mêlée de feu comme une image de notre monde, de notre histoire où se mêlent, inséparablement, les clartés de la grâce, les flammes de la haine. Une mer immense, qu'il nous faut traverser pour nous tenir sur ce rivage de la résurrection, pour y chanter le cantique de Moïse, le cantique du peuple libéré de l'esclavage du péché et de la mort. Une mer de cristal mêlée de feu où celui qui veut suivre l'Agneau rencontre l'opposition et résistance.

Ils se tiennent sur ce rivage, debout et fiers, mais ici-bas, n'ont-ils pas connu une opposition et une lutte des plus farouches ? Souvenez-vous de ces images des martyrs coptes, égorgés par les islamistes au bord de la mer. Agenouillés, avec leur vêtement orange, professant leur foi, et leurs assassins, tout de noir vêtus, avec leurs couteaux juste derrière. D'un bord à l'autre, d'un rivage à l'autre, qui se tiendra debout avec l'Agneau victorieux ? Qui a choisi les flammes de fureur pour sa part et son héritage ?

Nous aussi, nous avons à traverser cette mer de cristal mêlée de feu. A nous aussi, il faut choisir entre l'Agneau et la Bête. Entre l'humble et persévérante charité et une folle prétention d'un orgueil tapageur et violent.

Choisis donc la vie ! - sommait Dieu par la voix de Moïse. Pour chanter son cantique au-dessus de cette mer de cristal et de feu, il nous faut emprunter son chemin : celui du service et de l'abnégation, celui de l'oubli de soi et de la liberté, celui de l'intercession et de l'humilité. L’Agneau seul peut nous faire passer à travers cette mer mêlée de feu – attachons-nous à lui de tout notre être.

fr. Pavel Syssoev, op


Connexion | Plan du site | ©2013 Dominicains de Bordeaux