Les Dominicains de Bordeaux Laudare, Benedicere, Praedicare

Un geste silencieux d’accomplissement
Il y beaucoup d’hommes qui se tiennent autour de Jésus dans ce chapitre de S. Marc : des pharisiens, des sadducéens, des partisans d’Hérode et des scribes se pressent autour du Christ avec leurs questions. Est-il permis de payer l’impôt au César ? Y a-t-il une résurrection et si oui, comment on y règle des difficultés matrimoniales ? Quel est le plus grand commandement ? Des questions de grandes importance. Jésus lui-même lance un sujet à débattre : Comment le Fils de David peut-il être son Seigneur ?
Tout ce brouhaha de voix d’hommes est balayé par un son imperceptible de deux piécettes qu’une femme glisse dans le trésor du Temple. Il faut une oreille divine pour entendre ce son, et Jésus l’entend. C’est elle, cette veuve, qui apporte une réponse à des discussions d’hommes. Est-il permit de payer l’impôt à César ? Tout ce qu’elle a, elle le donne à Dieu. Dans le monde des ressuscités, les époux se retrouvent-ils ? Cette veuve met tout son espoir en Dieu vivant en lui confiant sa vie. Quel est le plus grand de commandement ? Elle, elle de tout son être elle n’adhère qu’à Dieu. Ce dont les hommes parlent, elle le vit. Pour cela que Jésus l’exalte : elle - ni les scribes, ni les pharisiens. Il appelle ses disciples et leur fait voir comment cette femme accomplit tout dont ils parlent.
La conversion, notre conversion, est somme toute assez simple, facile à repérer : au lieu de la profusion de paroles, un geste discret d’amour.

fr. Pavel Syssoev, op


Connexion | Plan du site | ©2013 Dominicains de Bordeaux