Les Dominicains de Bordeaux Laudare, Benedicere, Praedicare

L’amour au cœur de l’éternelle Trinité

 

Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique. Dieu aime le monde. Ce Père qui, plein d’amour donne son Fils. Don fait au monde, don fait à chacun de nous. Immense amour de Dieu pour nous. Il aime, il aime tant, il aime tellement.

Quiconque croit en lui ne se perdra pas, mais obtiendra la vie éternelle. Le chemin de la vraie vie, il est là. Il ne s’agit pas d’abord de l’observance de la loi, de pratique d’actes méritoires, non, il s’agit avant tout de croire en lui, en Jésus le Christ.

Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils. C’est clair le lien entre Dieu et Jésus, entre le Père et le Fils. L’envoyé, il est sorti du Père. La raison de sa venue nous est présentée. Il s’incarne parce qu’il trépigne d’envie de partager la vie des hommes. C’est à cause de son surabondant amour que le Verbe de Dieu s’est fait cela même que nous sommes. Et par conséquent, nous devenons cela même qu’il est, c’est-à-dire, sauvés, associés à la vie divine.

La force de l’amour pousse Dieu le Père à nous livrer son Fils. Difficile pour nous de mesurer l’intensité d’un tel amour. Il faut être Dieu pour aimer sans mesure. L’amour de Dieu est don total de soi. Par cet amour Dieu veut nous offrir la vie en plénitude. Il veut notre salut.

Mais Jésus laisse entendre que certains peuvent refuser de croire en Lui. Et ceux-là ne recevront pas la vie. Celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.

Croire ou aimer. La question est bien plus profondément celle de l’amour. Plus l’amour se rapproche, se rend manifeste plus il devient caché pour ceux qui n’aiment pas. Nous méprisons parfois l’amour qui vient habiter chez nous, car nous ne le reconnaissons pas.

L’homme se perd dans son état de séparation d'avec Dieu. C'est alors que, seul, il n'est plus capable de retrouver l'accès auprès du Père. C'est pourquoi le Christ l'affirme ailleurs: Je suis venu non pas pour condamner, mais je suis venu chercher et sauver ceux qui étaient perdus. Le Christ a accepté de se dépouiller de toute prérogative divine pour venir chercher l’humanité perdue.

Jésus vient du ciel. Il est celui qui a vu et entendu ce qui est dans le ciel et il en témoigne. C’est Jésus qui exprime de manière ultime la parole du Père. Il s’agira pour nous de nous tourner vers lui, pour vivre en fils et filles de Dieu.

Le Fils qui nous a été envoyé est bien ce Messie immolé sur la croix. Le seul sacrifice agréable à Dieu c'est celui que le Christ fait de lui-même. Un don total. Une vie entièrement donnée à Dieu et aux hommes. C'est le très grand mystère de la croix. Et le sens même de sa gloire ! Symbole très réel de l'amour divin qui se donne à l'extrême! Il nous a tellement aimés!

La croix n'est pas d'abord le symbole de la souffrance, mais celui de l'amour. De l'amour sans limite, et donc qui accueille, sans le chercher, le fait de souffrir. Tout amour vrai porte sa part de souffrance.

On sait combien d'hommes et de femmes souffrants se tournent vers la croix de Jésus : ils y trouvent comme une amitié dans la souffrance. Bien sûr, jamais pour s'y complaire, mais pour tenter de mieux aimer, tout en souffrant.

En Jésus, nous comprenons tout le poids de l'amour divin pour le monde, pour l'humanité. Et cet amour, dans la mort même de Jésus, est source de vie ! On peut comprendre le pourquoi d’un tel amour. Un amour sans limite pour une vie sans limite.

Le Christ veut nous mener beaucoup plus loin, jusqu’à la vie éternelle. Il tient à nous donner la vie qu’il a lui-même reçu du Père. La vie éternelle. Le Père aime le Fils et a tout remis dans sa main. Dieu lui donne l’esprit sans compter. De la même façon, le Fils à son tour ne retient rien de ce qu’il reçoit mais il offre la vie de Dieu à qui la désire.

La vie éternelle n’est pas une récompense pour les seuls méritants, elle est inhérente à notre désir de connaître celui que le Père envoie. Jésus vient donner l’éternité à ce qui est périssable dans notre vie.

Nous pouvons rendre grâce à Dieu pour la vie éternelle dont il nous veut bénéficiaire.

Puissions-nous faire de nos cœurs une maison où Jésus est vraiment chez lui, où il est reconnu, attendu, aimé. Cette disposition du cœur, la Vierge Marie nous la révèle lorsqu’elle ouvre son cœur pour concevoir du saint Esprit. La sainte trinité nous construit de ce que nous lui offrons de nous-mêmes.

Dieu a tant aimé le monde. Le plan de son salut passe par la très sainte trinité, Dieu Père, Fils et Esprit. L’éternelle trinité est amour.


 


 


 


 

 


 

fr. Antoine Tingba, op


Connexion | Plan du site | ©2013 Dominicains de Bordeaux