Les Dominicains de Bordeaux Laudare, Benedicere, Praedicare

4e Dimanche de l’Avent Année A
19 décembre 2010, Bordeaux couvent des Dominicains
 
ELLE A EU UN BON MARI !
 
Frères et sœurs, vous êtes-vous mis un instant à la place de la Vierge Marie ? Eh bien moi, je trouve qu’elle est tombée sur un bon mari.
 
Il est plus facile d’imaginer Joseph, amoureux de sa bien-aimée Marie. Lui certainement était tombé sur une perle. Que dis-je ! Un trésor. Bien sûr, nous, nous savons que Marie est la toute pure, la toute Sainte, l’Immaculée ! Elle devait sans le savoir rayonner d’un éclat unique de beauté humaine, j’allais dire d’une beauté divine ! Car dès l’origine il n’est que la blessure du péché qui nous éloigne de la ressemblance de Dieu !
Et on comprend que Joseph n’ait eu d’yeux que pour elle, qu’il ait eu le saint désir de fonder une famille selon la loi divine du mariage avec la plus désirable de toutes les jeunes filles de Nazareth, Marie !
 
Mais aujourd’hui l’Evangile nous invite à l’approche de Noël à méditer sur la figure de Joseph, l’époux de la Vierge Marie.
En effet si Joseph a bien eu de la chance, comme diraient certains, de tomber sur Marie, il faudrait dire aussi que Marie est bien tombée en acceptant la demande en mariage du charpentier. Bien sûr, me direz-vous, le Bon Dieu avait bien fait les choses… Mais quand même !
Comment allait-il réagir à l’annonce qu’elle était enceinte de manière si invraisemblable ?
Nous retiendrons que Joseph est un homme qui aime profondément sa femme car il la croit. Joseph n’a jamais douté de la parole de Marie, parole qu’elle lui avait déjà donnée au jour de leur mariage. La confiance totale vient ici de l’amour.
 
Mais la confiance de Joseph va alors l’engager à prendre une décision grave. Car si Dieu fait ainsi irruption dans sa vie, s’il a d’autre vue sur son épouse bien-aimée, lui Joseph se doit d’être juste. Il va donc se retirer, se mettre en retrait de la façon la plus juste qui soit : il va se séparer d’elle sans la dénoncer publiquement. Sinon ce serait la condamner à mort par lapidation.
Le « oui » de Marie était un grand saut dans la confiance en Dieu qui peut tout, mais pour Joseph qui est croyant et fidèle, les choses devenaient bien compliquées.
Nous retiendrons que Joseph est un homme croyant et qui malgré la complexité de la situation veut demeurer juste. En lui, dans son cœur d’homme, aucune place pour l’hypocrisie ou la compromission. La vraie justice vient ici de la foi.
 
Tel Abraham prêt à sacrifier son fils unique pour répondre à la volonté de Dieu, Joseph a donc fait ce sacrifice d’une vie commune. Il décide de répudier en secret, de renoncer à devenir l’époux de sa femme. Terrible sacrifice que semblait réclamer de lui le Dieu de ses Pères ! C’est alors que le Seigneur, comme ayant retenu le bras d’Abraham au-dessus d’Isaac, donna un ordre nouveau à Joseph, une vocation nouvelle, inattendue, imprévisible et en même temps si proche de son cœur d’homme et d’époux ! « Ne crains pas Joseph, fils de David, de prendre chez toi Marie, ton épouse ! »
Et c’est ainsi que la Parole de Dieu par la voix de l’ange vient confirmer le secret de Marie et affermit Joseph dans la mission qui dorénavant lui incombe.
Il n’est plus exclu du plan de Dieu comme il le pensait. Quand le Seigneur fait irruption dans la vie d’un homme, il ne vient pas le briser, l’anéantir ! Au contraire, s’il nous met à l’écart, c’est pour nous révéler la vocation unique pour laquelle il nous a préparés, une place sur la terre qui est autrement plus vraie et profonde que celle que nous avions imaginée à vue d’homme !
Nous retiendrons que Joseph est un homme qui écoute, qui écoute la Parole de Dieu, plutôt que de suivre son idée. Qui accueille les imprévus comme venant de l’Esprit Saint pour lui obéir humblement, sans tout maîtriser. L’obéissance bienheureuse vient ici de l’écoute du cœur profond.
 
Oui, la Vierge Marie est tombée sur un bon mari. Et là, frères et sœurs, nous ne sommes pas dans les canons d’un féminisme dévoyé ! Je veux parler :
D’un homme qui devrait presque remplacer « Madame » à la maison, pour lui permettre de faire une carrière d’homme !
D’un homme qui devrait être uniquement le fidèle et légitime amant de « Madame » contre la solitude mondaine !
Enfin d’un homme qui devrait être le simple géniteur des enfants de « Madame »...
 
Saint Joseph est la figure d’un homme authentique. Et c’est au contact de la vocation unique de Marie, vierge, épouse et mère et de son fils adoptif Jésus que va se révéler son authentique vocation d’homme, d’époux et de père.
Car en fait, il voulait être père ?! Il l’est devenu… et comment ! Grâce à Joseph, Jésus a eu un vrai père sur la terre et son lignage est bien celui des Rois d’Israël ! Père adoptif, saint Joseph est bien le patron de tous les pères de famille… Car les dames le savent bien : Messieurs, nous serons toujours de quelque manière des pères adoptifs ! (ndr. Les hommes ne sont sûrs de leur paternité que dans la confiance en la mère… ils doivent toujours reconnaître l’enfant)
 
Il voulait être époux ?! Il l’est devenu… et comment ! Grâce à lui, Marie a eu un véritable époux. Car, pardonnez moi l’expression quelque peu triviale, « ce qui fait le mari, ce n’est pas d’abord le lit, mais bien la parole donnée à vie » ! Epoux attentif et gardien de la Vierge, saint Joseph est certainement le patron de tous les hommes mariés, car Messieurs, vous devrez toujours avec vos femmes veiller au secret de votre intimité.
 
Enfin il voulait être un homme dans la société, un professionnel au service du prochain ?! Il l’est devenu… et comment ! Grâce à lui les gens du pays pouvaient reconnaître en Jésus un homme qui avait déjà sa raison sociale parmi eux, le « fils du charpentier » ! Travailleur reconnu, saint Joseph est certainement le patron de tous les hommes au travail ou qui veulent travailler, car Messieurs, nous aurons toujours à nous sacrifier pour accomplir l’ouvrage que Dieu nous a confié.
 

Tout cela pour dire quoi, à la veille de Noël ?! Tout simplement que l’Histoire Sainte, la venue au monde du Sauveur, le tout petit Jésus dans la crèche, ce n’est pas une histoire d’anges pour faire rêver les petits enfants, mais bien une histoire d’hommes ! Dieu n’a pas fait semblant, la Vierge Marie non plus, Joseph s’y est mis. A nous aussi aujourd’hui, c’est le bon moment ; car il vient, le Seigneur !

fr. Antoine-Marie Berthaud


Connexion | Plan du site | ©2013 Dominicains de Bordeaux