Les Dominicains de Bordeaux Laudare, Benedicere, Praedicare

La dynamique des Béatitudes

fr. Pierre-Alain Malphettes,- Temps Ordinaire, année A - 4ème dimanche : Matthieu 5

En proclamant solennellement les Béatitudes , Jésus affirme que Dieu se fait proche de l’homme ; qu’il vient à sa rencontre ; et qu’il est urgent de se convertir . Vivre les Béatitudes n’est pas un acquit. C’est une dynamique quotidienne de conversion ; donc c’est pour nous, aujourd’hui, ici, ce matin !

Jésus les annonce dans l’Église pour qu’elles s’accomplissent par la grâce de l’Esprit Saint qui rend les paroles de Jésus, vivantes et vraies. Jésus ne fait pas l’apologie de la misère et des malheurs . Ce serait en contradiction avec l’enseignement du prophète Sophonie, que nous venons d’entendre. Si nous sommes rassemblés ce matin, c’est que nous sommes ce petit reste évoqué par le prophète. C’est un appel personnel que chacun reçoit, mais nous sommes ensemble pour y répondre.

« On ne sauve pas son âme -disait Péguy- comme on sauve un trésor.

Il faut se sauver ensemble. Il faut arriver ensemble chez le Bon Dieu.

Il faut se présenter ensemble, pas les uns sans les autres ».

Ce qui est frappant- et que Jésus place d’emblée ; c’est le premier acte solennel de son enseignement! Jésus place la barre très haut. Tout ce qu’il avait fait auparavant- nous sommes ici au tout début de son ministère- était la préparation des coeurs à la rudesse du discours des Béatitudes.

Ah ! Oui ! dira-t-on pour y échapper, ce discours de Jésus, est pour une élite de chrétiens éclairés, pour une caste de privilégiés !

Eh ! Justement non ! Les Béatitudes sont le « pas de porte » de la vie chrétienne. Pour entrer dans la vie chrétienne, il faut en passer par là, et s’y maintenir. Ce sont les Béatitudes qui vont donner de la couleur à notre vie chrétienne ; sinon elle restera tristounette. Jésus veut nous conduire à la joie et à la paix par le chemin des Béatitudes. On ne demande pas une élite chrétienne ! On demande des témoins!

Mais alors ? Par où commencer ? - Bonne question ! Pour l’accomplissement de ce programme il faut obligatoirement s’en remettre à un autre. On pourrait citer ici l’exemple du Bx Pier-Giorgio Frassati, l’homme des huit béatitudes , comme l’a appelé Saint Jean-Paul II, au jour de sa canonisation. Ce programme, pour le réaliser, il faut tout d’abord se décentrer de soi-même, se détacher de l’intérêt pour nos progrès spirituels. Ce n’est pas à nous d’être les comptables de notre vie spirituelle.

Jésus ne s’est pas contenté d’annoncer les Béatitudes. A travers elles, c’est son propre portrait qu’il dessine. Les Béatitudes sont l’expression de ce qu’il a fait. Il ne s’agit pas de repeindre la façade ; mais de laisser le Christ reconstruire notre coeur à partir de ses plus grandes profondeurs. C’est notre coeur qu’il va repeindre aux couleurs de sa pauvreté et de sa douceur. C’est donc vers le Christ qu’il faut nous tourner ; Lui qu’il faut écouter ; devant Lui qu’il faut demeurer; vers Lui qu’il faut revenir. Pour contempler son visage de Miséricorde et de Paix ; pour laisser son image s’imprimer dans la mémoire de notre coeur. C’est en le contemplant qu’on peut comprendre que Jésus est heureux et qu’il veut nous conduire vers ce bonheur qui s’acquiert en vivant les Béatitudes.

Puis l’Esprit Saint va ensuite entrer en action :

- C’est Lui qui nous rappellera tout ce que Jésus a fait .

- C’est Lui qui va nous conduire à l’imitation de Jésus Christ.

- C’est lui qui va sculpter le visage de notre coeur à partir des traits de Jésus.

- C’est lui qui, avec délicatesse et discrétion,va nous montrer comment appliquer les Béatitudes dans notre vie .

Vivre les Béatitudes, frères et soeurs, ce n’est pas une morale, c’est une mystique.

La récompense, c’est la joie d’avoir été appelé dans ce mystère d’union et de communion au Christ mort et ressuscité. C’est la joie d’être identifié au Christ par le témoignage que nous lui rendons.

C’est la joie que nous recevons et qui vient de Dieu lui-même. Et comme nous sommes imprégnés de l’Évangile, ne soyons pas étonnés d’être repérés comme chrétiens ; ne soyons pas étonnés d’être chahutés parce que nous sommes chrétiens ; cela fait partie du programme.

C’est en pauvre que nous accueillons humblement ce mystère car nous connaissons nos pauvretés.

Ce n’est pas une sagesse humaine acquise laborieusement sur nos forces. C’est une relation unique parce que nous sommes uniques. C’est une relation personnelle parce que il s’agit de nous et de nul autre. C’est une communion personnelle au Christ vainqueur qui change notre regard sur Lui, sur nous , sur les autres.

Et c’est à reprendre chaque jour.

Écoutez l’Évangile !

Écoutez les Béatitudes !

Contemplez le Christ et il vous entraînera à les vivre, à en faire vivre, à en témoigner. Amen

fr. Pierre-Alain Malphettes, op


Connexion | Plan du site | ©2013 Dominicains de Bordeaux