Les Dominicains de Bordeaux Laudare, Benedicere, Praedicare

Frères et sœurs, vous êtes-vous un jour imaginé à la place de Joseph ? Vous êtes chrétiens convaincus, pratiquants et sincères. Et celle qui vous est promise en mariage vous apprend, avec une joie dont seuls les anges ont le secret, qu’elle attend un enfant de Dieu ! Je ne dis pas un cadeau du Créateur comme Eve à la naissance de son enfant : « j’ai acquis un homme de par Yahvé », mais bien un enfant conçu de l’Esprit Saint, dixit l’Ange Gabriel. Vous imaginez bien la contrariété, que dis-je, le cataclysme, le bouleversement de toute une vie !

Alors que fait Joseph dans pareille situation ? L’Evangile de l’annonce à Joseph nous l’enseigne. Comment réagir spirituellement lorsque Dieu semble contrarier nos plans, nos projets, quand l’Esprit Saint fait irruption dans notre vie ? Voyons les trois attitudes successives de Joseph : la justice, l’écoute et l’obéissance.

Tout d’abord Joseph est juste. C’est-à-dire qu’il s’ajuste à Dieu par son obéissance à la loi, à Marie par son amour qui ne la soupçonne en rien et à lui-même par une droiture qui refuse hypocrisie et compromission. Et à cette justice qui veut le bien, Dieu va répondre.

Ensuite Joseph écoute. Dieu vient tout illuminer durant le songe. Car Dieu parle dans le sommeil. Il résout souvent les problèmes pendant que l’homme est endormi. Rappelez-vous Adam, qui mourrait de solitude : Dieu créa sa femme durant le sommeil ! Là, Dieu confirme à Joseph le secret divin de Marie : c’est bien l’Esprit Saint qui a agi. Il le confirme aussi dans sa mission d’époux (ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse), mais avec une paternité inattendue, une vocation supérieure : être le père adoptif, prendre en charge Dieu lui-même venu sauver le monde (tu lui donneras le nom de Jésus).

Enfin Joseph obéit. « Il fit ce que l’Ange lui avait prescrit ». A l’exemple et à la suite de Marie, c’est son Fiat ! C’est alors qu’au réveil, Dieu amène à Joseph l’Eve nouvelle qui porte en elle le Salut du monde.

 

Vous comprenez alors, frères et sœurs, combien l’obéissance à Dieu est source d’une joie intarissable malgré tous les sacrifices et les épreuves à venir. Joseph comprend le sens de sa vocation qui le fait encore plus aimer sa belle et sa bien-aimée Marie. Et je l’entends s’émerveiller un soir de silence : Dieu a choisi celle que j’ai choisie ! Malgré mon indignité, je dois humblement reconnaître que le Bon Dieu et moi-même, nous avons les mêmes goûts !

Fr. Antoine-Marie Berthaud, op


Connexion | Plan du site | ©2013 Dominicains de Bordeaux