Les Dominicains de Bordeaux Laudare, Benedicere, Praedicare

Communion des accusés
Et le temps où nous sommes, pourquoi ne savez-vous pas le juger ? Comment interpréter ce moment où nous sommes ? Pour le Christ, c’est le temps tout tendu vers le Jugement. Nous faisons route vers notre juge en compagnie de ceux qui seront jugés avec nous. Quand tu vas avec ton adversaire devant le magistrat…
Vous me direz : c’est une manière bien triste d’envisager nos compagnons de route. Je l’accorde volontiers. Pourtant, c’est la nôtre. Combien de temps passons-nous à pester ou à accuser ? A remémorer soigneusement le moindre geste qui a pu nous blesser ou qui aurait pu nous blesser ? Si tous pouvaient entendre notre monologue intérieur, n’auraient-ils pas l’impression de se retrouver dans une salle d’audience devant le grand discours du procureur, énumérant avec flamme les innombrables méfaits de ces « autres » qui rendent notre vie si difficile ? Et – une cerise sur le gâteau – nous pouvons même nous confesser très sincèrement comme il nous est difficile de pardonner ces « autres » !
Ces « autres » - c’est nous. Nous aussi portons notre part de responsabilité. Si nous nous plaisons tant à accuser ce monde qui intercédera pour nous ? Plus intercesseurs, que des accusateurs tout autour. Chacun voit une paille dans l’œil des autres, nul n’accepte l’œuvre de sa propre conversion. Nous sommes en chemin vers le Juge, persuadés que l’autre mérite la condamnation, mais nous, quel sera notre sort ? Sommes-nous si sûrs que personne n’a de reproches à nous adresser ? Que nous sommes les seuls à être tout blancs, tout donnés au bien communs, tout dévoués ? Demandons-le à nos proches, mais avant armons-nous d’une bonne dose d’humilité, car ce que nous entendrons ne sera peut-être pas à notre goût.
La conversion, elle n’est pas que pour les autres. Elle est pour nous. Et quand je commence cette œuvre, ce terrible et redoutable labeur de ma conversion, j’ai plus de temps à accuser les autres. Je mets tout à l’œuvre pour m’arranger avec eux, avant qu’il ne soit trop tard.

fr. Pavel Syssoev, op


Connexion | Plan du site | ©2013 Dominicains de Bordeaux