Les Dominicains de Bordeaux Laudare, Benedicere, Praedicare

Il y aurait, donc, si l’on en croit Ben Sirac le sage, deux espèces de gens ? Ceux dont le souvenir se perd et ceux dont le nom reste vivant pour toutes les générations ? Ceux dont on a oublié jusqu’à l’existence et ceux dont jamais la gloire ne sera effacée ? (Si 44, 1-15)
Si cela est vrai, nous avons quelques soucis à nous faire ! Car il n’est pas facile de percer dans le milieu VIP des saints et de se faire un nom dans le calendrier liturgique ! La barre est haute, très haute. Surtout chez les dominicains... J’aurais beau prêcher, confesser, prier, étudier toute ma vie, je crains fort de ne jamais arriver à la cheville d’un saint Dominique, d’un saint Thomas d’Aquin ou d’un saint Vincent Ferrier !
Alors quoi ? Parce que nous ne serons jamais des saints Dominique, des saintes Catherine de Sienne ou des Pier Giorgio Frassati, il faudrait jeter l’éponge et se résoudre à l’idée que notre nom sera effacé, gommé et que personne ne se souviendra de nous, comme si nous n’étions pas nés ?
Eh bien non ! Cette pensée est fausse ! Elle est fausse parce qu’il y aura toujours quelqu’un qui se souviendra et se souciera de nous. C’est notre Père dans les cieux. Souviens-toi de cela Jacob, Israël mon serviteur. Je t’ai modelé, tu es pour moi un serviteur, Israël, je ne t’oublierai pas. (Is 44, 21) Le Seigneur a gravé nos noms sur les paumes de ses mains. Nous sommes ses enfants bien-aimés, que nous soyons connus ou inconnus des hommes.
La sainteté n’est pas une histoire de renom ou de gloire humaine ! Il y a, j’en suis sûr, dans nos assemblées de grands martyrs qui n’ont pas versé leur sang, de grands apôtres qui ont beaucoup semé mais pas beaucoup récolté, de grands priants qui demeureront dans l’ombre. C’est peut-être vous ! C’est peut-être la personne à côté de vous... ou le frère qui est derrière moi ! Il y a, j’en suis sûr, dans nos couvents de grands docteurs de l’amour qui ne se sont pas fait remarquer, de grands prêcheurs sans grand éclat, de grands serviteurs qui se sont faits tout petits.
L’Esprit Saint ne cesse de souffler sur son Église et de faire des saints. La plupart d’entre eux sont anonymes. Ce sont eux aussi que nous saluons dans notre Ordre aujourd’hui. Leurs noms sont inscrits au Livre de Vie à côté de ceux que nous connaissons déjà.
Amen, amen, je vous le dis, vous verrez des lumignons ici-bas briller au ciel comme des soleils.

Fr. David Perrin op


Connexion | Plan du site | ©2013 Dominicains de Bordeaux