Associés à la multitude des anges

par | 15 janvier 2019 |

Frère Dominique

Aujourd’hui nous voyageons en Asie. Ce fut le 15 janvier 1648 St François Fernández de Capillas, prêtre de l’Ordre des Dominicains après l’avoir emprisonné et torturé, fut martyrisé.
Il fut le premier martyr chrétien en terre chinoise . Béatifié en 1909 par saint Pie X avec quatorze autres martyrs chinois, il est canonisé le 1er octobre 2000 saint Jean-Paul II avec saint Augustin Zhao Rong pendant le jubilé. Comme pour nous dire que l’aventure spirituelle en Asie continue dans ce millénaire, où plus que jamais des chrétiens souffrent et offrent leur vie dans l’immense combat spirituel qui dépasse l’histoire individuelle sur des siècles.
C’est qu’à l’arrière de l’histoire des gouvernements et des sociétés qui se font et défont, une trame plus profonde et plus vaste, un combat spirituel titanesque où les cohortes des anges s’affrontent. Si dans la nuit de Noël, ce sont les anges qui nous ont annoncé la venue de l’enfant Dieu dans le monde, c’est aussi pour nous signifier l’engagement du Verbe qui préside et s’immerge dans ce combat. L’épitre aux Hébreux le note de façon paradoxale :
« Ce n’est pas à des anges que Dieu a soumis le monde à venir, dont nous parlons… Si donc le Christ a fait l’expérience de la mort, c’est, par grâce de Dieu, au profit de tous. » et dans l’évangile de ce jour « Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité ! Il commande même aux esprits impurs, et ils lui obéissent. »
Comment comprendre que le Christ préside jusqu’à la destinée des anges ? Nous le comprenons du Verbe mais quel lien entre le Verbe dans son incarnation et le monde angélique ?
L’objection première qui vient à l’esprit est qu’il n’y a pas, entre le Christ incarné et les anges, une communion de nature au même titre que les hommes. Et pourtant nous lisons « il est la tête de toute principauté et puissance » (Col 2, 10). Certes le Christ ne leur enlève pas le péché ni ne leur mérite la grâce comme pour nous, pas plus qu’il ne prie pour eux puisqu’ils sont déjà bienheureux, ou fixés dans le mal dans le cas des démons. Mais puisque toutes les créatures sont promises à une commune gloire, elles ne forment qu’un corps et qui n’a donc qu’une tête, le Christ.
Thomas d’Aquin qui aborde la préséance du Christ sur toute créature et son gouvernement en particulier sur les anges indique que les anges reçoivent du Christ illuminations dans leur association à son ministère : ils exercent un véritable service de lumière au bénéfice des hommes encore en chemin.
Ils sont pareillement associés dans la répartition de leurs charges : « les anges étaient à son service » (Mt 4, 11) et même les démons lui demandent d’être envoyés dans un troupeau de porcs (Mt 8, 31).
Enfin ils sont associés dans la joie de la croissance du Royaume dans les âmes : selon le mot de S. Luc (15, 10) : « Il y aura de la joie parmi les anges de Dieu pour un seul pécheur qui fait pénitence »
Pareillement en ce début d’année, soyons certains que dans nos divers combats, les anges sont associés comme ministre de Verbe et que ceux-là ont un enjeu qui dépasse largement le cadre de nos histoires individuelles, comme des combats dans un affrontement immense.

Frère Dominique

Frère Dominique